[Total : 2    Moyenne : 3/5]
La matrice Quality Assurance permet de faire le lien entre le défaut et la cause du problème pour pouvoir agir plus rapidement au moment de l’apparition de celui-ci.

Introduction

La matrice qualité est un outil puissant pour augmenter l’autonomie du personnel et la réactivité à l’apparition d’un problème. Généralement utilisé dans le cadre de la mise en œuvre de la TPM, le projet de mise en place est piloté par la qualité en partenariat avec la production.

Le contenu de la matrice QA

La matrice QA (voir exemple ci-dessous) se décompose en 3 parties décrites ci-dessous.

1 – La liste des défauts liés au produit

Cette liste comprend la totalité des défauts connus à ce jour, des plus mineurs aux plus critiques. La désignation de chaque défaut doit impérativement utiliser une terminologie standard à l’entreprise que tout le monde comprend.

2 – Critères qualité chiffrés et classés

Les défauts sont classés en fonctions de leur criticité. Cette criticité dépend de l’entreprise et du secteur d’activité mais voici un exemple :

  • Défauts mineurs : défauts qui ne nécessitent pas un arrêt de ligne. Le problème peut être traité sans arrêter la machine si cela n’est pas nécessaire. Ce type de défaut n’est pas à l’origine de réclamations clients.
  • Défauts majeurs : défauts qui nécessitent un arrêt de la machine jusqu’à résolution du problème mais ne nécessitant pas un blocage du lot de production.
  • Défauts critiques : défauts qui nécessitent un arrêt de ligne et un blocage du lot en cours de production. Cette classe de défauts correspond à toute anomalie du produit fini susceptible d’engendrer une réclamation client.

3 – Localisation de l’origine du défaut

Chaque entête de colonne correspond à un équipement ou sous-ensembles de l’équipement. L’enjeu est les découper de la manière la plus logique et simple pour faciliter la maintenance et les interventions.

Pour chacun des défauts, des repères sont placés dans les cases correspondantes aux ensembles ou sous-ensembles où peut se produire une défaillance générant le défaut.

Afin d’affiner le diagnostic délivré par l’outil, différents repères peuvent être utilisés pour différencier la probabilité d’apparition ou de l’origine du défaut. Deux, trois repères (faible, moyenne, forte…), ou plus, mais attention de se limiter à un nombre qui permette de les différencier clairement sans risque de créer de confusion ou d’incompréhension.

Construction de la Matrice QA

Construire la matrice qualité est un processus long et « sans fin ». Tout au long de la vie de l’équipement, des défauts sont supprimés mais de nouveaux apparaissent. Il faut donc faire vivre la matrice pour que celle-ci reflète la réalité des faits et que tous puissent s’appuyer dessus pour intervenir.

La première version de la matrice se construit de la manière suivante :

  1. Faire l’inventaire de toutes les caractéristiques qualités exigées pour le produit. Issu tant du cahier des charges initiales que de l’historique sur le produit. Ces éléments sont exprimés avec des mesures, des moyens de mesures, des plages de tolérances…
  2. A partir de la cartographie du process, on déterminera la ou les phases du process qui ont une influence sur ces caractéristiques en précisant la possibilité de détection de l’anomalie sur le process ou l’équipement et le niveau de prévention du défaut mis en place.
  3. Former le personnel à la matrice QA et la mettre en place de manière visuelle sur la ligne.
  4. Faire vivre la matrice au fur et à mesure des problèmes éradiqués et des nouveaux problèmes.

Source

R. Lindqvist, L. Mattisson, N. Josefsson, J. Salmela (2011) – Implementation of the quality assurance matrix and methodology

Share This