[Total : 1    Moyenne : 3/5]

Bien plus qu’une ligne automatique, un poste manuel demande une grande attention lors de son étude. Une mauvaise conception engendrera des accidents du travail, des TMS, une démotivation, une dégradation du climat social et des pertes de productivités.

Introduction

Concevoir une ligne de production manuelle nécessite une étude approfondie, particulièrement sur les aspects ergonomiques.

1 – Choisir le type de poste de travail

La première étape est de définir le type de poste de travail manuel que nous souhaitons. Il n’existe pas de posture idéale : rester dans la même position pendant une longue période est pénible. Selon les normes internationales, tout maintien d’une position pendant plus de 4 heures est considéré comme une posture pénible.

C’est pourquoi, quelque soit le type de poste choisi, il conviendra d’aménager des situations permettant à l’opérateur de « bouger »1.

On a le choix entre 4 types de poste différents :

  • Assis
  • Debout
  • Assis / Debout
  • Debout – Appui-Fesses

 

Ergonomiquement parlant, le meilleur est le poste assis-debout. L’homme n’étant pas « prévu » pour tenir une position immobile, cette position assure le moins de contrainte et facilite la mobilité. Le poste Debout – Appui-Fesses est également très intéressant car il assure une bonne répartition du poids grâce au fait que nous reposons sur 3 appuis.

Toutefois, l’ergonomie, n’est pas le seul critère. Toutes les positions ne sont pas adaptées à toutes les situations. Le schéma ci-dessous retrace le processus de choix du type de poste de travail.

Notion d’anthropométrie

L’étude des « dimensions » humaines est à la base de l’ensemble des données ergonomiques que nous devons prendre en compte lorsque l’on conçoit un poste de travail manuel. Il existe tout un panel de normes Française, Européenne ou internationale définissant des postures, des dimensions…

L’ensemble des données que nous donnons ici s’appuie sur ces normes et correspondent à 90% de la population Française.

Taille debout

Poing

Coude

Epaule

Yeux

Taille

F

H

F

H

F

H

F

H

F

H

Minimum

710

745

945

1030

1255

1365

1430

1550

1540

1660

Moyenne

760

805

1040

1115

1360

1470

1545

1665

1655

1780

Maximum

825

880

1115

1215

1470

1585

1645

1785

1760

1905

Taille assis

Taille

Yeux

Epaule

Coude

Jambe

Taille

F

H

F

H

F H

F

H

F

H

F

H

Minimum

800

860

690

750

515 565

205

230

385

425

480

525

Moyenne

860

915

745

800

565 605

235

250

435

475

535

580

Maximum

920

970

805

850

620 650

275

280

475

525

580

635

Pour un poste de travail debout

Hauteur du plan de travail

La hauteur du plan de travail (dimension A sur le dessin ci-dessous) est définie en fonction des opérations et du contexte de travail dans lequel nous sommes. Nous devons prendre en compte :

  • Le niveau de précision du travail à effectuer : plus celui-ci est précis, plus le plan de travail sera élevé. Cela permettra d’avoir les coudes stables.
  • L’exigence de vision : au plus on aura besoin de voir des éléments (petites pièces, contrôle qualité…), au plus le plan de travail devra être élevé.
  • Le poids des objets : au plus le poids est élevé, au plus le plan de travail doit être bas. On considère qu’en dessous de 3kg, on pourra effectuer un travail « répétitif ». Au delà, nous avons deux options :
    • Prendre des dispositions spécifiques : pauses fréquentes, aide à la manutention…
    • Adpater la hauteur en fonction de la dimension de l’objet2. Ainsi, si l’objet mesure 150mm de haut, la hauteur du plan de travail sera :

      1075 – 150/2 soit 1000 mmm

  • La nécessité d’avoir une grande liberté de mouvements : pour certaines opérations, l’opérateur a besoin de place (objet volumineux, nombreux…).
  • Personnel homme ou femme : si le personnel est féminin, on abaissera les dimensions indiquées ci-dessous d’environ 100 m

Hauteur minimale

Hauteur maximale

Nécessité de vision ou travail de précision

1 050 mm

1 554 mm

Travail sans contrainte spécifique de poids, de précision ou de vision

930 mm

1 195 mm

Nécessité d’avoir une grande liberté de mouvement

800 mm

1 000 mm

Poids de l’objet > 3 Kg

810 mm

1 075 mm

 

D’une manière générale, il est conseillé d’avoir un plan de travail réglable pour prendre en compte toutes les morphologies. 

Espace pour les pieds

L’espace pour les pieds doit être suffisant pour être capable d’être droit tout en étant contre le plan de travail. Les dimensions sont :

Confort Acceptable Inacceptable
D 0 à 300 mm 300 à 500 mm + de 500 mm
E 0 à 300 mm 300 à 500 mm + de 500 mm
B + de 130 mm 50 à 130 mm – de 50 mm
C + de 210 mm 0 à 210 mm – de 0 mm

Profondeur de travail

La profondeur d’atteinte maximale correspond à la distance bras tendu. Il est conseillé de favoriser le travail dans la zone de confort correspondant à l’espace de mobilité des avant-bras en gardant le bras le long du corps et le coude à 90°. En position debout, la zone d’atteinte est légèrement plus importante de par une flexion possible du tronc de 20° maximum (zone de confort du tronc). On notera que le poste de travail, doit avoir une profondeur minimale de 800 mm pour permettre d’avoir suffisamment de place pour les outillages et pièces.
Travail à 2 mains Travail à 1 main
Confort Acceptable Inacceptable Confort Acceptable Inacceptable
A 170 à 300 300 à 700 – de 170 et + de 700 170 à 300 300 à 700 – de 170 et + de 700
B 60° 60°
C 200 à 900 900 à 1300 – de 200 et + de 1300 600 à 1100 1100 à 1500 – 600, + de 1500
D Profondeur totale minimale de 800

 

Pour un poste assis-debout appui-fesses

Le poste assis/debout est similaire au poste debout en terme de dimensionnement. Il est à privilégier car il permet une bonne mobilité tout en laissant la possibilité de reposer les jambes.

Hauteur du plan de travail

Dans le cas spécifique du poste assis-debout, les dimensions sont réduites d’environ 100 mm par rapport à un poste debout, en considérant que nous sommes assis sur l’appui fessier.

Hauteur minimale

Hauteur maximale

Nécessité de vision ou travail de précision

950 mm

1 454 mm

Travail sans contrainte spécifique de poids, de précision ou de vision

830 mm

1 095 mm

Nécessité d’avoir une grande liberté de mouvement

700 mm

900 mm

Poids de l’objet > 3 Kg

710 mm

975 mm

 

Espace pour les pieds

L’espace pour les pieds et par contre beaucoup plus grand pour permettre au jambe d’être légèrement en avant du fait de la possibilité d’être en appui sur les fesses. On notera que l’appui doit avoir une inclinaison d’environ 15° par rapport à l’horizontal.

 

Confort Acceptable Inacceptable
B + de 750 650 à 750 – de 650
C + de 600 500 à 600 – de 500
D 400 à 570 285 à 400 – de 285
E 630 à 840 – de 630 et + de 840
F 0 à 300 300 à 500 + de 500
G 0 à 300 300 à 500 + de 500

 

* la dimension A correspond à la hauteur du plan de travail vu précédemment.

Repose-pieds VS Pose-pieds

On porte votre attention sur le repose-pied : celui-ci de part son nom, porte une connotation de repose. Mais loin de là sa fonction. En effet, pour des raisons ergonomiques, il est nécessaire d’avoir les chevilles à angle droit avec les tibias. Pour cette raison et éviter les confusions, mieux vaut lui préférer le terme de “pose-pieds“.

Profondeur de travail

Les profondeurs de travail sont strictement les mêmes que pour un poste debout.

Pour un poste assis

Enfin, dernière possibilité, le poste assis. Souvent recommandé pour un travail nécessitant beaucoup de précision et peu d’effort, il a l’avantage d’être le plus reposant.

Hauteur du plan de travail

La hauteur du plan de travail dépend d’un critère principal : le réglage possible ou non du siège. En effet, si celui-ci n’est pas réglable, alors on prendra une hauteur fixe de 720 mm.

Par contre, si le siège est réglable en hauteur, alors, la hauteur doit être dans une plage comprise entre 495 et 820 mm Sachant qu’au plus le plan de travail est haut, au plus le travail de précision est possible.

Espace pour les pieds

L’espace pour les pieds doit être le plus grand possible pour permettre de les bouger et assurer une bonne circulation sanguine. Pour cette raison, on indique ici des valeurs minimales en deçà desquelles il ne faut pas aller, mais en soit les valeurs maximales sont « infinies » pour la plupart des dimensions.

Minimum Maximum
B 480
C – Espace pour les jambes à hauteur des pieds 755
D – Hauteur des pieds sur l’appui 0 165
E – Espace pour les jambes à hauteur des genoux 550
F – Nécessairement réglable 370 575
G 0 à 300 500
H 0 à 300 500
Largeur au niveau des pieds vue de dos 790
Espace pour les mouvements des pieds sous le siège 285

Profondeur du poste de travail

Confort Acceptable Inacceptable
A 170 à 300 300 à 500 – 170 et + de 500
B – 60° 60 à 80° + de 80°
C 600 à 1 100 1 100 à 1 500 – de 600 et + de 1 500
D Profondeur totale minimale de 800

Le poste Assis-Debout

Le poste Assis-Debout est très similaire au poste Assis. Il a les mêmes dimensions générales. Il faut juste un siège réglable qui puisse être à environ 15cm au minimum du dessous de la table. Il est également à prévoir un appui pour les pieds qui soit à 15° par rapport au sol et environ 45cm de l’assise.

Les efforts

Concevoir un poste de travail, c’est prendre en compte les contraintes ergonomiques. On pourra pour cela s’aider des principes des Therbligs pour “dégrossir” le travail puis effectuer des évaluations (voir ci-dessous) plus précises pour assurer du confort du poste de travail.

Les efforts

Pour des mouvements fortement répétitifs (plus d’une fois par minute), le poids maximum à déplacer est de 3kg. Au delà, pour des mouvements fréquents, nous sortons des recommandations des normes et outils de l’ergonomiques. Pour étudier les différentes postures, on utilisera l’outil OCRA.

Pour limiter l’impact de ces efforts, on peut :

  • Limiter les efforts à exercer sur les 
commandes, en utilisant des relais électriques pneumatiques ou hydrauliques plutôt que des commandes mécaniques nécessitant une force d’appui plus important.
  • Réduire les efforts par l’utilisation d’outils adaptés, par exemple, une visseuse-deviseuse portative plutôt qu’un tournevis.
  • Mettre en place des aides pour le soulèvement, par exemple, un ressort de rappel ou un vérin pour faciliter le mouvement d’un capot.

Le port de charge

Dans le cas de charge moins répétitives ou de charge au delà de 3Kg, on s’appuiera sur d’autres outils (équation de Nioshnorme X35-109) qui nous indiqueront le poids maximal recommandé en fonction d’un certain nombre de critères.

Néanmoins, d’une manière générale, nous retiendrons les éléments suivants :

Effort régulier

Effort occasionnel

Femme 15 – 18 ans et 45 – 65 ans

10 Kg

12 Kg

Femmes 18 – 45 ans et Homme 15 – 18 ans

12,5 Kg

15 Kg

Homme 45 – 65 ans

20 Kg

25 Kg

Homme 18 – 45 ans

25 Kg

30 Kg

Les plages articulaires

Il faut également respecter les plages articulaires de confort. La synthèse proposée ci-dessous est une « moyenne » des données de différents outils suivants : RULAOSHAOCRA, Norme 1005-4 et 1005-5.

Description

Zone de confort

Zone acceptable

Zone à proscrire

Flexion/Extension du poignée

± 15°

+ de 15° ou – de 15°

Déviation radiale et cubitale du poignée

± 15°

+ de 15° ou – de 15°

Flexion de l’avant bras

60 à 100°

– de 60° et + de 100°

Supination / Pronation de l’avant bras

0 à 30°

30 à 45°

+ de 45°

Flexion de l’épaule

0 à 20°

20 à 90°

+ de 90°

Extension de l’épaule

-20 à +20°

0 à -20°

– de 20°

Abduction de l’épaule

± 20°

+ de 20°

Rotation inter/exter de l’épaule

+ de 0°

Flexion du tronc

0° à 20°

20 à 60°

+ de 60°

Inclinaison latérale du tronc

± 10°

+ de 10° ou – de 10°

Rotation du tronc

± 10°

+ de 10° ou – de 10°

Flexion du coup

0 à 10°

10 à 20°

+ de 20°

Extension du coup

+ de 0°

Rotation du cou

± 10°

+ de 10° ou – de 10°

Inclinaison du coup

± 10°

+ de 10° ou – de 10°

La conception des contenants

Le format du contenant est un facteur important à prendre en compte. Les dimensions recommandées sont les suivantes :

Recommandé

Acceptable

Inacceptable

Largeur

≤ 350 mm

350 à 500 mm

> 500 mm

Longueur

≤ 550 mm

550 à 1 000 mm

> 1 000 mm

Hauteur

≤ 250 mm

250 à 400 mm

> 450 mm

 

On notera que si le contenant ne peut être dans les dimensions recommandées alors les règles suivantes s’appliquent :

  • Si le poids est > 10kg : il est obligatoire que le contenant ait les dimensions « acceptables ».
  • Si le poids est < 10kg : on pourra avoir un contenant ayant des dimensions « inacceptables ».

Le champs visuels

Au poste de travail, les éléments importants et utiles (voyants de sécurité, indicateurs de production…) doivent être dans le champ visuel. Cela permet de limiter les risques d’erreurs, de réduire les postures inconfortables et les déplacements inutiles. Cependant, il faut veiller à ce que les signaux visuels et sonores ne soient pas en surnombre, sous peine de mettre l’opérateur en surcharge mentale.

Les règles de bases

Au delà de tous ces chiffres, quelques règles de bon sens doivent être respectées :

  • Réduire les distances les déplacements.
  • Réduire l’amplitude et le nombre de mouvements.
  • Réduire l’effort demandé à chaque mouvement.
  • Pas de postures extrêmes des articulations.
  • Pas de mouvements où les bras se situent au-dessus du niveau du cœur.
  • La main ne doit pas être utilisée comme un outil de frappe.
  • Pas d’efforts brusques ou qui montent rapidement en intensité.
  • Pas d’utilisation du bout des doigts pour des opérations de pression de traction ou de poussée de plus de 2 daN.
  • Éliminer tous les risques de blessures (coupure, griffure, choc…).
  • Réduire les vibrations produites par les outils et en soulager le maintien.
  • Mécaniser les opérations de maintien des pièces.
  • Prévoir des « micro-temps » dans le cycle de travail sans activité pour se reposer.
  • Utiliser le poids du corps pour agir sur les commandes.
  • Choisir les membres inférieurs pour effectuer des efforts élevés.
  • Prévoir la possibilité de changer régulièrement de postures.
  • Réduire le plus possible les postures agenouillées ou accroupies.
  • Prévoir des butées pour les commandes nécessitant des arrêts précis.
  • Prévoir des prises en main des outillages et pièces adaptées : poignées larges et confortables, pas de prise du bout des doigts…

Source

1 – INRS (2008) – Travailler assis ou debout

2 – Norme NF X35-104

NF EN ISO 14 738

INRS ED79

F. Davesne (2011) – Approche ergonomique

Share This