[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Pour mettre en place la ToC, E. GOLDRATT propose une méthode en 5 étapes.

Introduction

La mise en place de la TOC consiste à se concentrer sur la “contrainte” de notre système. L’animation ci-dessous présente les 5 étapes pour mettre en place la méthode.

Etape 1 – Identifier la contrainte 

En considérant l’ensemble du système (du client au fournisseur) que l’on souhaite étudier, on cartographie le processus, on identifie la contrainte et sa positionnement dans le processus.

On va lui attribuer une typologie (règlementaire, politique, humaine, matérielle…) : une contrainte « humaine » ne s’aborde pas de la même manière qu’une contrainte « matérielle ».

De là, On mesure le gap : par rapport au besoin actuel, il s’agit de décider le niveau de performance de la contrainte qui nous permettrait d’atteindre nos objectifs.

Etape 2 – Exploiter la contrainte

On se concentre sur l’exploitation au maximum de la contrainte. Partant d’une étude de performance de cette contrainte (TRS…), on va identifier les sources principales de perte. On met en place des projets Lean pour supprimer ces pertes et améliorer la performance de la contrainte.

Etape 3 – Subordonner le système entier à la contrainte

L’ordonnancement du système s’effectue en respectant les règles de la DBR. Pendant cette étape, le planificateur tire la « corde » de la contrainte jusqu’au fournisseur pour identifier les séquences de lancement qui respecte le rythme de la contrainte. Son rôle sera alors de manager les Buffer en amont et en aval de la contrainte.

Etape 4 – Elever la contrainte

En fonction du besoin, on étudie les possibilités d’augmenter la capacité de la contrainte. Cela se fera via des investissements, des embauches de personnel…

On reprendra la cartographie effectuée lors de l’étape 1 pour savoir si notre contrainte est toujours la contrainte du système où si elle s’est déplacé.

Etape 5 – Amélioration continue, reprendre à l’étape 1

Supprimer une contrainte signifie qu’on a amélioré le goulot d’étranglement si bien que le goulot d’étranglement s’est déplacé à un autre endroit du système.

On retourne à l’étape 1 et on recommence !

Source

E. Goldratt (1984) – The Goal

M.M. Umble, M.L. Srikanth (1995) – Synchronous Manufacturing : principles for world class excellence

K. Watson, J. Blackstone, S. Gardiner (2007) – The evolution of a management philosophy: The theory of constraints

A. Chauvigne, A. Kalev, J. Colin (2011) – Flexibilité de la méthode Drum-Buffer-Rope dans des contextes variées.

Share This