[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Dans la vision globale de la TPM, l’extension aux services connexes vise à mettre en place les mêmes outils et méthodes utilisées en production à l’ensemble de ces services dits de « bureaux ».

Introduction

En définitive, l’ensemble des services de l’entreprise font parties d’une même chaîne de valeur dont l’objectif est de livrer un produit ou un service en optimisant la Qualité, les Coûts et les Délais. Ainsi, la performance des services connexes impacte directement la performance globale. Tout l’enjeu est d’en améliorer la performance

Les différents types de perte

Nous retrouvons dans les services de « bureau », les mêmes types de perte qu’en production, définis par les 7 types de Muda. Dans le détail, nous pouvons identifier les pertes suivantes :

  • Perte de processus : non clarté d’un circuit de signature, redondance d’un contrôle…
  • Perte d’argent pour les achats, la comptabilité, le marketing, les ventes en particulier par leur impact direct sur les niveaux de stocks
  • La précision ou la non viabilité des informations : niveau de stocks, données clients…
  • Les pannes des équipements de bureau : imprimante, rétroprojecteur…
  • Panne des outils de communication : téléphone, fax, internet…
  • Organisation des espaces de travail : distance entre les bureaux…
  • Temps perdu pour retrouver les données
  • Réclamations des clients dues aux problèmes logistiques
  • Coûts supplémentaires pour des achats/envoies urgents

Les étapes de la TPM dans les bureaux

  1. Amélioration au cas par cas (pilier 1) : on va utiliser les compétences des équipes pour mettre en évidence les anomalies diverses (redondance des processus, clarté des données…) et chasser les pertes.
  2. Maintenance autonome (pilier 2) : dans le cas des bureaux, la maintenance autonome pourra facilement se mettre en œuvre pour l’ensemble des équipements de bureaux (ordinateur, imprimante…) pour limiter les pertes (qui n’a jamais attendu de longues minutes le temps que l’on change la cartouche de l’imprimante).
  3. Amélioration des compétences (pilier 4) : la TPM est souvent un mot inconnu pour le personnel de bureau. Des formations spécifiques devront être mise en œuvre pour supporter et pérenniser les 2 premières étapes de ce pilier.
  4. Sécurité, conditions de travail et environnement (Pilier 8) : la sécurité et les conditions sont au travail sont tout aussi valable dans des ateliers de production que dans les bureaux.

Source

D. Kumar (2010) – Enterprise growth strategy

T. Agustani (2014) – Communication for continuous improvement projects

T. Suzuki (1994) – TPM in Process Industries

Share This