[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’analyse morphologique vise à explorer de manière systématique toutes les combinaisons issues de la décomposition d’un système.

Introduction

La méthode a été développée par l’astrophysicien Fritz Zwicky, et publiée en 19691. Il a conçu cet outil pour démontrer l’existence d’étoiles non répertoriées. Puis, il a publié cet outil dans le but de faciliter la stimulation des idées et le développement de la créativité.

La méthode

La première étape consiste à définir le sujet de l’étude. Le sujet peut être aussi large que possible et l’on va en retenir les axes qui vont plus nous intéresser que d’autres.

Exemple :

Nous sommes un fabricant de vélo. Nous allons étudier de nouvelles possibilités. Pour cela, les axes retenant notre attention sont : les roues, la dimension des pneus, les suspensions.

1 – Identifier les possibilités de chacun des axes

Ensuite, pour chacun des axes de réflexion, nous allons définir l’ensemble des alternatives possibles. Grace à cela, nous allons pouvoir construire la « Zwicky Box » (ci-contre la Zwicky box à 3 paramètres).

En reprenant notre exemple, nous obtenons le tableau suivant :

Roues

Dimension des pneus

Suspensions

20 pouces

2.1

Avant

26 pouces

2.5

Arrière

29 pouces

5

Sans

 

2 – Réduire l’espace morphologique

On note qu’au plus nous avons de paramètres et de possibilités, au plus nous allons avoir de combinaisons possibles. Par exemple, pour 5 axes de réflexions ayant chacun 3 possibilités, nous avons 3 * 3 * 3 * 3 * 3 combinaisons, soit 243 au total. L’espace morphologique croit très vite, et le risque d’être “noyé” est important.

Cette technique se nomme la Cross Consistency Assessment (CCA)2. Elle consiste à réduire l’espace en identifiant dors et déjà des combinaisons irréalisables, trop couteuses… On va dresser une matrice avec en abscisse et en ordonnée l’ensemble des paramètres. Puis on va identifier, paire après paire, les combinaisons impossibles.

En reprenant notre exemple, la mise en forme est la suivante :

Dans notre cas, seul l’usage des pneus de 5 pouces n’est pas compatible avec des suspensions, celles-ci ne permettant pas d’avoir un espace suffisant et qui plus est étant relativement devenues inutiles avec ce type de pneus.

3 – Evaluer les combinaisons

Avec les combinaisons restantes, nous allons pouvoir évaluer leurs pertinences. On pourra par exemple utiliser la méthode AHP. En reprenant notre exemple, l’alternative la plus intéressante est l’usage de roue de 26’’ à l’arrière avec un pneu de 2.1 et une roue avant en 29’’ avec un pneu de 2.3’’, avec uniquement une suspension avant.

Source

1 – F. Zwicky (1969) – Discovery, invention, research : through the morphological approach

2 – R. Rhyne (1981) – Whole pattern futures projection, using field anomaly relaxation

Share This