[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Les Jishuken est un moyen de promouvoir l’amélioration continue au travers l’entreprise et ses fournisseurs.

Introduction

Dans les années 1960, sous la responsabilité de Taiichi Ohno, fut créé le Seisan Chosa Shitsu, qui signifie « division d’enquête sur la production » et traduit en anglais par « Operation Management Consulting Division ».

A l’origine des Jishuken, les Keiretsu : c’étaient des groupes d’entreprises. Chaque entreprise de ces groupes avaient des parts de l’autre pour se protéger. Puis, au fur et à mesure du temps, ces groupes d’entreprises se sont transformée en des groupes de travail pour améliorer les fournisseurs : les Seisan Chosa Shitsu.

Initialement, il s’agit d’une structure interne de consultants, en charge de résoudre les problèmes opérationnels entre Toyota et ses fournisseurs. Plus généralement, ils avaient pour but de discuter de la nature des Muda et de la manière de les identifier.

Le terme Jishuken (自主研), qui se traduit par « groupe d’étude autonome », n’est venu que plus tard, en 1977. Toyota souhaitant développer sa méthode chez ses fournisseurs et mieux les impliquer, créa ces groupes de travail. L’idée est d’organiser des échanges sans enjeu de compétition, mais pour améliorer et partager la connaissance.

L’organisation des Jishuken

Chez Toyota, le Seisan Chosa Shitsu est composé d’environ 60 personnes : 5 à 6 Shusa (主査), « enquêteur principal », et d’un peu plus de 50 consultants. Ils sont tous spécialistes du Toyota Production System.

Chaque Shusa a en charge 2 sites de production Toyota et une dizaine de fournisseurs choisis selon les critères suivants :

  • Proximité géographique.
  • Process de production similaire.
  • Non concurrent pour permettre une discussion libre.
  • Représente environ 80% des coûts d’achats.
  • Pour garder une bonne dynamique, les groupes sont changés tous les 3 ans.

 

Chaque année, le groupe Jishuken (plusieurs dizaines de personnes, chaque fournisseurs peut déléguer 5 personnes) se rencontre pour déterminer les différents sujets / processus qui seront traités et les plannings associés.

Un projet suit un processus en 4 étapes standardisées et dure en général 3 à 4 mois : diagnostic, implémentation, contrôle et ajustement, et évaluation. Le consultant du Seisan Chosa Shitsu est alors en soutient gratuitement pour aider au bon déroulement du projet, et se rend chaque semaine chez le fournisseur.

Le Jishuken au complet se rend également régulièrement chez chacun des fournisseurs. C’est l’opportunité de diagnostiquer la situation et de proposer des améliorations. Chacun joue un rôle de « consultant ».

Chaque année, une rencontre entre tous les groupes est effectuée pour échanger sur les activités de l’année et partager les bonnes pratiques.

Les Jishuken d’aujourd’hui

On les retrouve dans le monde entier sous différentes formes : développement des fournisseurs1Kaizen Events2Kaikaku3 ou encore Benchmark. Cette méthode de partage est à l’origine des projets Lean et vise à structurer et déployer les méthodes d’améliorations continues en interne comme en externe.

Source

1 – McNichols (1998) – Human side of enterprise

2 – F. Montabon (1997) – Kaizen Blitz

3 – Bicheno (2000) – The Lean Toolbox

M. Baudin (2004) – Lean Logistics

S. Lechevalier (2005) – Toyota peut il sauver le Japon (et le reste du monde) ?

M. Sako (1998) – Supplier development at Honda

J. DeLong (2011) – Beyond the TPS Tools

J. K. Liker (2009) – Le modèle Toyota

J. H. Dyer (2000)  – Collaborative advantage

Share This