[Total : 3    Moyenne : 5/5]

Le Ringiseido, « prise de décision par consensus », repose sur le fait que les équipes sont inclues dans les processus de prises de décision tout en maintenant et en respectant les rapports hiérarchiques.

Introduction

L’un des aspects les plus important de la culture Japonaise est le Ringiseido qui se traduit par « prise de décision par consensus ». Le principe du Ringiseido repose sur le fait que les équipes sont inclues dans les processus de prises de décision tout en maintenant et en respectant les rapports hiérarchiques. Toutes les parties étant incluses dans le processus, la décision satisfait l’ensemble et l’échec ou le succès ne peut donc être imputé à une personne responsable, mais à tous.

Une tradition Japonaise

Le Ringiseido est une notion essentielle dans le management Japonais, où la contribution individuelle est mise au second plan derrière la réussite du groupe, ce que les Japonais appelle le « Narugakae »1 (« la personne totale », autrement dit le groupe forme une personne).

« Probablement le point le plus important de ce que l’on a à retenir des Japonais, est leur capacité instinctive du principe de consensus. La satisfaction personnelle au détriment du bien-être collectif est considérée comme manifestement répréhensible. »2

Cette culture trouve ses racines dans les traditions de la famille japonaise. A une époque, le chef de famille était en charge de prendre toutes les décisions. Au fur et à mesure du temps, ce fonctionnement a évolué, et désormais, le chef de famille est plus intéressé par l’harmonie (le « wa ») et le consensus que le maintien de son autorité. C’est cette même transformation qui s’est effectuée dans le fonctionnement des entreprises Japonaises3.

Accompagné d’un instinct de loyauté et du respect de la hiérarchie, le processus Ringi permet une synergie positive entre l’ensemble des personnes et pousse tout le monde à l’acceptation de la décision finale.

Le processus Ringi

Pour bien comprendre cette notion, il faut décortiquer le terme de Ringi. Littéralement, « Rin » se traduit par le fait de soumettre une proposition à ses supérieurs, et « Gi » se traduit par délibérations et décisions. Autrement dit, l’obtention du consensus s’effectue à la fois horizontalement et verticalement.

D’une manière générale, le Top management ne donne pas de directive mais seulement des recommandations. Chaque responsable à son niveau doit systématiquement se référer à son supérieur pour les décisions d’importances. Pour cela, ils doivent suivre la procédure du Ringi puis doit rédiger un document spécifique, le Ringisho (traduit par « circulation de document »). Le Ringisho décrit la question à trancher et fait des recommandations sur la décision à prendre.

Une fois écrit, le Ringisho est distribué à toutes les personnes susceptibles d’être impactées par la décision ainsi qu’aux supérieurs. L’organisation de la hiérarchie est réduite à 4 étages pour simplifier la procédure.

Source : J. M Prax (2012) – Manuel du knowledge management

Chaque personne évalue le Ringisho et appose son « Hanko » (« sceau », souvent préféré à la signature). Un Hanko à l’endroit signifie l’acceptation, un Hanko à l’envers le rejet et un Hanko sur le côté indique l’indifférence à la décision prise. La décision finale est prise lorsque le supérieur hiérarchique a apposé son Hanko.

Nemawashi (根回し)

Compte tenu de la participation limitée de la haute direction dans le processus, combiné avec la pression du groupe qui a déjà apposé son Hanko, il est évident que la décision est en définitive prise par les auteurs du Ringisho. Ce processus appelé « Nemawashi » est défini comme un processus politique par lequel une approbation non officielle est atteinte avant qu’une décision finale ne soit prise4.

L’origine du terme Nemawashi vient de l’horticulture. « Ne » signifie racine et « mawasu » signifie tourner autour. C’est un processus permettant de déplacer les arbres adultes sans risque :

Nemawashi en horticulture

Nemawashi en entreprise

1

Un ou deux ans avant le déplacement, on creuse le sol autour de la plante. On tond les racines les plus longues et on écorce les racines principales.

Cela équivaut à prévenir l’ensemble des personnes impactées par le Ringisho et à initier une ambiance favorable pour les futurs échanges.

2

On replante l’arbre à la même place et on la laisse jusqu’à ce que de petites racines poussent.

La première étape a permis de « semer » l’idée du projet qui petit à petit va faire son chemin dans les esprits et les échanges pour le moment toujours informels.

3

Lorsqu’il y a suffisamment de petites racines, on déplace l’arbre comme prévu initialement.

Une fois que l’on a obtenu un consensus informel, le Ringisho est écrit dans sa version ultime et proposé à la « signature » à tout le monde jusqu’au plus haut niveau.

Ainsi, avant que le Ringisho n’arrive au plus haut niveau de décision, il « tourne » entre de nombreuses mains et des échanges d’idées formelles et informelles (généralement autour d’un sake le soir) ont lieu. L’auteur du Ringisho réécrit le document au fur et à mesure, permettant ainsi de prendre en compte l’ensemble des avis et de s’assurer d’avoir l’approbation informelle. Si l’auteur n’arrive pas à obtenir cette approbation avant la dernière « signature », l’auteur le retire du processus.

De part ce processus si particulier, le supérieur a une liberté d’action des plus réduite : il ne peut avancer d’idée ou prendre une décision à moins qu’il n’agisse par un subordonné, car traditionnellement, le Ringi doit commencer à un niveau inférieur pour ensuite remonter. En outre, une fois le Ringisho accepté, il n’offre pas d’alternative. Son pouvoir se limite donc à rendre légitime la décision recommandée par le Ringisho.

Source

1 – R. R. Khan (1991) – Japanese management : a critical appraisal

2 – R. C. Christopher (1983) – The Japanese mind

3 – J. B. Keys, L. T. Denton, T. R. Miller (1994) – The Japonese management theory jungle-revisited

4 – P. F. Drucker (1971) – Whar can we learn from Japanese management

D. Flouzat (2004) – Japon, éternelle renaissance

Share This