[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Dans le monde professionnel comme à la maison, nous passons l’essentiel de notre temps assis. Pourtant la position assise ne convient pas du tout à la morphologie humaine. 

Introduction

Dans le monde professionnel comme à la maison, nous passons l’essentiel de notre temps assis. Pourtant la position assise ne convient pas du tout à la morphologie humaine. La première raison est qu’elle nous impose le maintien de petites contractions musculaires sur de longues durées, la deuxième parce qu’elle déforme la courbure naturelle de notre colonne vertébrale.

En position assise, les courbures de la colonne vertébrale ne sont pas respectées. Le comparatif ci-dessous met en avant le fait que, le bassin basculant vers l’arrière, les pressions entre chaque vertèbre se répartissent de façon inégales sur les disques, là où, en position debout, nous avons une répartition uniforme. Sur le long terme, ce constat conduit à la détérioration des disques intervertébraux, des lumbagos, sciatiques ou encore hernies discales.

La tête et l’écran

Le cou doit se tenir droit, dans le prolongement de la colonne vertébrale, et la tête, légèrement inclinée vers l’avant. Pour les porteurs de verres correcteurs avec foyer, cette posture est possible à condition de positionner l’écran un peu plus bas.

La distance entre les yeux et l’écran dépend de notre vue et de notre âge, ainsi que de la résolution de celui-ci. On recommande d’avoir une distance de minimum 60 cm et de maximum 90cm. On conseille de le mettre à une distance de bras.

Le haut de l’écran d’ordinateur doit être au même niveau que la ligne horizontale qui passe par nos yeux lorsque l’on se tient droit. Il est toujours possible de régler la hauteur de l’écran, le mettant sur des dictionnaires si nécessaire.

L’écran doit être légèrement incliné vers l’arrière pour mettre à notre regard d’être bien perpendiculaire à l’écran. Le regard doit être au maximum de 20° vers le bas sans incliner le cou.

Concernant la luminosité, il faut éviter les éblouissements, les différences de luminosité et de contraste entre l’environnement et l’écran, les sources d’éclairage direct. Par ailleurs, on recommande un éclairage de la pièce entre 300 et 500 lux, c’est moins pour un poste de travail nécessitant la lecture de document ou autre. On recommande aussi une pose environ toutes les heures pour éviter la fatigue visuelle et les mots de têtes.

Le dos et la chaise

Il est indispensable de disposer d’une chaise totalement réglable (hauteur et inclinaison) pour l’adapter au besoin et à sa morphologie. Il doit également y avoir un appui lombaire réglable en hauteur et en profondeur, disposer d’appuis coudes et de 5 roulettes adaptées à la surface du sol.

 

Le réglage de la chaise est le suivant :

  1. Régler la hauteur de façon à ce que les cuisses soient à l’horizontal lorsque les pieds sont bien à plat.
  2. Vérifier qu’il y a 5 cm environ entre le devant du siège et l’arrière des mollets
  3. L’inclinaison du siège doit être nulle ou très légèrement vers l’avant (environ 5°).
  4. La hauteur du dossier et son inclinaison sont déterminées en fonction de la courbure du dossier : il faut que la forme moule la courbure du dos au niveau des lombaires pour servir d’appui aux omoplates.
  5. Le réglage de la profondeur au niveau des lombaires doit faire en sorte que le torse soit très légèrement en arrière. Un angle d’environ 110° est conseillé entre les jambes et le dos.

On maintient les bras dans une position confortable où les avant-bras sont presque à l’horizontale (90 à 135°), dans l’axe des épaules ou vers l’intérieur. Les épaules sont relâchées.

Si la chaise dispose d’accoudoirs, ils se règlent de la façon suivante : bras à 90° et coude en appui, les épaules doivent être légèrement relâchées.

On place les jambes dans un angle supérieur à 90 degrés, permettant aux pieds de reposer à plat sur le sol.

Le bras et la main avec la souris et le clavier d’ordinateur

L’utilisation prolongée de la souris ou du clavier dans de mauvaises conditions peut provoquer des douleurs aux doigts, aux poignets, aux bras et aux épaules. Quelques caractéristiques importantes sont à prendre en compte pour le choix et la position :

  • Taille de la souris : elle doit s’ajuster à la main.
  • Boutons : la pression pour cliquer les boutons ne doit pas fatiguer les doigts.
  • La souris ou le clavier doit être dans le prolongement de l’avant-bras, en ligne droite.
  • Manier la souris avec le poignet à hauteur de celle-ci et non en appui sur le plan de travail.
  • Pour le clavier, le principe est le même, le poignet doit être à hauteur des touches et pas en dessous.
  • Idéalement, la souris doit être devant nous et pas sur le côté. Il est donc préférable de choisir des claviers avec des pavés numériques qui se détachent pour pouvoir mieux centrer la souris.
  • On recommande d’une manière générale à plus utiliser le clavier que la souris. Ainsi, il est nécessaire de bien retenir les raccourcis clavier de nombreuses fonctionnalités pour éviter de recourir à la souris.

Le meilleur clavier est le clavier ergonomique moulé avec un contrôle intégré au centre ce celui-ci. Il va permettre de ne pas utiliser de souris (très contraignante), d’éliminer la déviation du poignet et de réduire la pronation des avant-bras.

Si nous ne pouvons nous passer de souris, le meilleur système est le pavé tactile, qui permet d’avoir un usage du même type que le stylo.

Source

Worksafe (2010) – Guide d’ergonomie : travail au bureau

S. Montreuil (2012) – Travail de bureau avec écran de visualisation

J. Nolen (1989) – Computer automated process planning for World Class Manufacturing

Share This