[Total : 0    Moyenne : 0/5]
La MTM et les autres outils de prédétermimation des temps sont des outils très puissant mais demandant beaucoup de connaissances et une grande rigueur dans son application. Nous proposons ci-dessous une comparaison entre différentes de ces méthodes.

Introduction

La MTM et les autres outils de prédétermimation des temps sont des outils très puissant mais demandant beaucoup de connaissances et une grande rigueur dans son application. Nous proposons ci-dessous une comparaison entre la MTM-1, MTM-2, MTM-UAS et la Basic-Most pour une opération de changement d’un fusible d’une prise électrique.

Sujet de l’étude

La vidéo ci-dessous nous détaille cette opération qui dure un peu plus de 20 secondes. Vous allez voir la personne qui va dévisser la prise, enlever le fusible, mettre le nouveau puis revisser la prise. Nous allons appliquer les 3 méthodes et comparer les temps obtenus.

1 – Observation

Dans un premier temps, nous allons effectuer une observation des mouvements, en détaillant ce qu’effectue la main gauche indépendamment de la main droite. On va ensuite, pour chacune des méthodes découper les différentes opérations et identifier le mouvement exacte en fonction des tables à disposition.

2 – Création du tableau d’observation

On va répertorier dans l’ordre chacune des opérations sur un tableau à deux colonnes, une pour la main gauche et une pour la main droite. Nous allons les lister dans l’ordre chronologique en mettant face à face les opérations simultanées.

3 – Quotation

Pour chacun des mouvements, nous quottons les opérations en fonction des données des tables. On prêtera attention pour les opérations simultanées. En effet, nous prendrons pour la quotation finale l’opération étant la plus longue.

4 – Résultat préliminaire

A la fin de la quotation, nous additionnons l’ensemble des temps pour obtenir le temps total de l’opération.

MTM-1

MTM-2

MTM-UAS

Basic-Most

Temps obtenu en secondes

20,24

17,35

28,26

23,4

5 – Ajustement

Aux différents résultats obtenus, nous appliquons des majorations, appelée coefficient DPMA pour Dynamométrique, Posture, Monotonie et Ambiance.

Dans notre cas, nous allons appliquer la majoration suivante :

  • Constante personnelle et fatigue normale : 9%
  • Posture assis : 0%
  • Niveau de concentration dû au processus complexe nécessitant de l’attention : 4%
  • Monotonie faible : 0%
  • Niveau de lassitude normal : 0%
  • Niveau de précision du travail précis : 2%
  • Le reste étant à 0%

Soit une majoration totale de 15%.

Nous obtenons donc les résultats finaux suivants.

MTM-1

MTM-2

MTM-UAS

Basic-Most

Temps obtenu en secondes

30,35

26,03

42,4

35,1

6 – Conclusion

La première observation est qu’il ne faut pas effectuer une analyse chronométrique à ce degré de précision via un film. En effet, il peut y avoir des microcoupures qui peuvent perturber les résultats.

Ensuite, dans ce film, la personne n’effectue qu’un cycle de production. L’aspect fatigue, lassitude n’intervient donc pas.

Concernant les résultats, ceux-ci s’étalent entre 26,03 et 42,4 secondes, soit presque du simple au double. Cela s’explique par le fait que la MTM-UAS ou la Basic-MOST ne s’applique pas sur des processus aussi court. Pour le cycle observé. La MTM-2 possède elle une marge d’erreur d’environ 10% sur des processus de moins de 30 secs.

Au final, on retiendra que la méthode la plus appropriée pour le cycle observé est la MTM-1 et on défini 30,35 secondes comme temps standard prédéterminé. Ce temps prenant en compte les différents effets du temps (lassitude…).

Share This