[Total : 1    Moyenne : 5/5]
Sur la base d’une analyse statistique des fréquences, cette méthode permet de déterminer des temps d’opérations en s’affranchissant de difficulté technique ou de jugement.

Introduction

En anglais Work Sampling, il s’agit d’une technique par analyse quantitative pour mesurer en terme de temps des activités humaines, machines ou toutes autres activités observables.

Développé dans les années 1930 par L. H. C. Tippett au sein de l’industrie textile, cette méthode s’appuie sur une étude statistique des fréquences pour déterminer le temps standard. Elle est particulièrement utilisée pour analyser les activités non répétitives ou irrégulières.

Elle consiste à observer le travail à des instants répartis au hasard dans le temps et à analyser la proportion des observations correspondant à chacune des activités étudiées. Elle en déduit ensuite le temps de l’opération.

Moins précises que les autres techniques, elle a pour avantage d’être simple, rapide et peu couteuse.

Procédure

1. Choisir les tâches à analyser

Il faut découper le travail en tâche que l’on souhaite analyser. On peut par exemple séparer le travail en type de tâches comme les opérations d’assemblages, de transport… ou encore mesurer la répartition des tâches « administratives » (dossier de lot…) parmi les tâches opérationnelles.

2. Faire une première mesure

A partir des données que nous souhaitons analyser, on doit se faire une première idée pour préparer le relevé. Pour cela, on effectue une première série de mesure de manière aléatoire. A la suite de cela, on effectue une estimation chiffrée des différents paramètres que l’on souhaite analyser.

Par exemple, suite à une première analyse, on identifie que le temps « machine » représente 20% du temps de cycle total.

3. Analyse avec l’étude par échantillonnage

On calcule la taille de l’échantillon nécessaire pour obtenir un résultat statistique fiable. Il est évident qu’au plus il y a de mesures, au plus les résultats seront fiables. Toutefois, pour des questions de coûts et de temps, on détermine le nombre de mesures le plus juste par rapport à la précision souhaitée. Il existe deux techniques.

La formule statistique

Statistiquement, la formule de calcul de la taille de l’échantillon dépend de la taille de la population mère et de différents facteurs.

La méthode graphique

Une autre méthode consiste en une analyse graphique dénommée Nomogramme.

Source : D. P. Adams (1964) – Nomography : theory and application

4. Préparer l’observation

Cette méthode statistique se base sur un relevé « aléatoire » des données. On va planifier les mesures pour s’assurer de respecter cette condition. Pour cela, deux possibilités :

  • A intervalle fixe : par exemple, toutes les 10 minutes, on va effectuer le relevé.
  • Aléatoire” : de nombreuses possibilités existent comme par exemple tirer un « pile ou face » pour savoir si on fait un relevé sur l’instant.

C’est également lors de cette étape que l’on va construire la feuille de relevé. Elle contient :

  • Une introduction avec la date et l’observateur.
  • Le nombre de relevés a effectuer.
  • Les différentes tâches a relever.

5. Observer et relever les données

On effectue le relevé en fonction de la règle aléatoire choisie. A chaque fois qu’il doit faire un relevé, il observe la tâche en cours et note d’une barre dans la case de la tâche qu’il observe sur l’instant.

6. Analyser les données et conclure

La méthode consiste à calculer la proportion des évènements (taches observées) sur une séquence données. De cette proportion, on déduit le Temps Standards de l’évènement que l’on calcule selon la formule suivante :

Temps Standard d’une unité = (TpsObs * TpsCar * JA) / NbPcs + Majoration

Avec :

  • TpsObs : Temps total de l’observation en minute.
  • TpsCar : Proportion de la caractéristique en %
  • JA : Valeur du Jugement d’Allure
  • NbPcs : Nombre total de pièces produites

 

Par exemple, nous avons observé 100 fois 1mn d’opération. Sur ces 100 fois, nous avons produits 20 pièces et nous avons observé 16 fois l’opération de perçage, 6 fois une reprise, 14 fois un déplacement vers le stock et 8 fois l’opération de montage. Considérant que nous n’avons pas de majoration et que le JA est de 100%, on en déduit :

  • L’opération de perçage : 109 secs par pièce
  • Les reprises : 41 secs par pièce
  • Les déplacements vers le stock : 95 secs par pièce
  • L’opération de montage : 54 secondes par pièce

Source

G. Salvendy (2001) – Handbook of industrial engineering : technology and operations management

O. D. Salih, A. Raouf, J. D. Campbell (1999) – Planning and control of maintenance systems : modeling and analysis

J. P. Tanner (1991) – Manufacturing engineering

L. H. C. Tippett (1935) – Statistical methods in textile research : a snap reading method of making time studies of machines and operatives in factory surveys

D. F. Sittig (1993) – Work Sampling : a statistical approach to evaluation of the effect of computers on work patterns in the healthcare industry

Share This